Se connecter
S'inscrire
Menu
Se connecter
S'inscrire

Quand semer l'orge de printemps ?

par Alexandre de Spotifarm, le 21 mars 2021 20:18:00
Temps de lecture estimé : 4 min.

Les conditions climatiques automnales, de plus en plus aléatoires, compliquent l'implantation des céréales à paille comme les orges d'hiver. Des producteurs se (re)tournent vers l'option "printemps". La sole française d'orges de printemps progresse ainsi depuis plusieurs années. Un succès qui mérite de réviser ses connaissances sur les conditions d'implantation et de levée de cette culture de printemps.

Machine agricole-dans son champ

Alors qu'elles occupaient 1,5 million d'hectares français en 2016, les orges d hiver ont été cultivées sur 1,18 Mha pour la campagne 2019-2020, avant une légère reprise en 2021 (1,26 Mha). La sole d'orges de printemps a, de son côté, augmenté de + 31 % en 2018-2019 (0,639 Mha) et + 8,9 % en 2019-2020 (0,696 Mha).

Une météo de plus en plus variable à l’automne, ainsi qu'une certaine désaffection pour le colza, conduisent un nombre croissant d'agriculteurs à se tourner vers l'orge de printemps.

Mais entre un hiver souvent très humide et un printemps qui démarre fort, la marge de manœuvre sur les semis d automne est serrée pour assurer le bon démarrage de la culture.


À quelle date semer l’orge de printemps ?

Le créneau de semis idéal se situe dans une fenêtre d'un mois, pour une période de semis considérée comme idéale avec, bien entendu, des variantes par zones géographiques :

  • du 15 janvier au 15 février pour les Charentes.
  • Du 15 février au 20 mars pour le Nord et l' ile de france,
  • du 20 février au 15 mars pour la région Centre et le Nord-Est,

Le semis des orges de printemps exige une veille météo active, pour être déclenché au moment le plus favorable.

Trop tôt, c'est soumettre les plantules au risque d'un coup de gel.

Trop tard, c'est hypothéquer un bon tallage et exposer les futurs grains au risque d'échaudage, accentué par le réchauffement climatique.

Quelle densité et profondeur de semis ?

L'objectif de peuplement est d' atteindre 250 à 300 plantes levées au m2, soit une densité de semis de 290 à 350 grains/m2, qui varie en fonction de la qualité du sol.

La dose peut atteindre 350 à 450 grains/m2 pour un peuplement de 300 à 400 pl/m2, si les conditions de semis ne sont pas optimales : excès d'humidité, de mottes et de cailloux.

C'est dans un lit bien préparé, à 2-3 cm de profondeur, que la semence doit être placée.

Il faut viser une qualité optimale de préparation, sans exagérer le nombre de passages d'outils. Le sol de la parcelle doit être ressuyé, le lit de semence affiné et meuble, et le semis rappuyé au besoin grâce à un passage de rouleau.

La structure des couches inférieures doit favoriser un bon enracinement. Ce dernier point est fondamental pour assurer la croissance et la résistance d'une culture de printemps, en particulier l'orge, très sensible au tassement.

Automne,Céréales,Levee,Orge,Plante,Semis_Crédit photo-Nadege PETIT @agri_zoom

Où et quand semer l'orge de printemps en automne ?

La fenêtre de semis optimale se situe ainsi autour du 10 novembre.

Les orges de printemps étant moins résistantes aux épisodes de froid, cette option ne convient pas à toutes les zones géographiques. Elle est envisageable là où le risque de gel est limité : Centre, Bourgogne, Île de France, sud-Picardie, Charente.

C'est un choix judicieux pour les sols à faible réserve en eau, où une orge semée au printemps souffrirait de la sécheresse et de l'échaudage en fin de cycle. Le semis automnal des orges de printemps permet d’accéder à un cycle de culture long donc d’un pilotage plus souple de la culture, d'un système racinaire plus développé et d'une capacité de tallage optimale.

La densité au semis, de variétés résistantes à la verse et à la rhynchosporiose, varie entre 300 et 450 grains/m2, en fonction des types de sol.

L'enjeu du semis d'automne, sur sol ressuyé et affiné, est d'assurer une levée efficace, pour atteindre les stades 2 à 3 feuilles en janvier-février. Il s'agit de faire en sorte que la plante puisse résister aux grands froids, sans anticiper sur le tallage, qui mènerait trop précocement au stade épis 1 cm, sensible aux gelées tardives.

En novembre 2020, un sondage publié sur Terre-net révélait que 21 % des agriculteurs répondants semaient l'orge de printemps en novembre.

assolement_2020_2021

Une pratique audacieuse, qui s'était déjà traduite, en 2019, par 10 q/ha de rendement moyen en plus comparé aux semis de printemps d'après une étude menée par Agriconomie en septembre 2020

Pour en savoir plus…

Orge de printemps au printemps

Orges de printemps à l'automne

Alexandre Spotifarm 🛰️

Tag:LeveeTechniques culturales

Commentaires