Se connecter
S'inscrire
Menu
Se connecter
S'inscrire

Réussir l'implantation de la culture de colza sur ses parcelles

par Alexandre de Spotifarm, le 24 juin 2020 19:00:00
Temps de lecture estimé : 8 min.

Les semis de colza sont les premiers gros travaux des champs post-moissons et se réalisent durant une des périodes les plus sèches de l’année. C’est donc un enjeu important dans la campagne quand ces semis débutent. Afin que le colza résiste aux épisodes de sécheresse comme aux attaques d'insectes, il est important de réussir l'implantation de la culture en jouant sur tous les facteurs à disposition des producteurs.

Tour de plaine colzaL’implantation : phase clé pour le potentiel de la culture de colza d'hiver

SOMMAIRE

Variétés de colza : capter plus d'azote
Préparation du sol : une étape cruciale
Quand semer le colza ?
Quel semoir pour le colza ?
Colza associé : de multiples bénéfices
L'engrais starter : lutter contre les ravageurs du colza

Variétés de colza : capter plus d'azote

Le choix variétal est un critère important dans l'itinéraire technique du colza. Une différence de 15 à 25 unités d'azote captées peut être constatée entre les variétés de colza qui captent le plus d'azote et celles dont le captage d'azote est moins efficace. Cela aura des conséquences sur la quantité d'azote à apporter à la culture de colza au printemps et permettra de réduire vos coûts de fertilisation. La quantité d'azote captée à l'automne par le colza déterminera aussi la faculté de la plante à redémarrer sa végétation à la reprise. Nous avons constaté sur Spotifarm que plus une variété de colza va stocker de l'azote, plus la végétation sera développée. Le choix variétal impacte donc directement le potentiel de rendement du colza dès l'automne.

Voir l'état de mes colzas

De plus en plus, les variétés hybrides sont conseillées tout comme l'utilisation de leurre à méligèthes. La variété de colza Alicia est très utilisée pour son efficacité dans cette stratégie de lutte contre le ravageur. Plus précoce que la moyenne des plantes, cette variété leurre aura une période de floraison plus précoce. Attirant ainsi les méligèthes dans un premier temps, et protégeant le reste de la parcelle de colza. 

Préparation du sol : une étape cruciale

semis haricot 2

Semis de colza réalisés mi-août avant la pluie

Une des composantes essentielles de levée d’une graine de colza est la préparation du lit de semence. L’objectif d’un lit de semence est donc de maximiser la surface de contact entre les graines de colza et le sol. La graine de colza est toute petite, donc l’enjeu dans l’implantation d’un colza est de réussir à créer un lit de semence suffisamment fin. Ce lit de semence doit permettre un maximum d’échanges entre la graine de colza et la terre. Cependant, un tel lit de semence est souvent très battant, ce qui augmente le risque de création d’une croûte de battance, empêchant la jeune pousse de colza d’atteindre la surface.

De plus la période de semis du colza est souvent très sèche, et dans de telles conditions, il est difficile de faire lever une quelconque graine. La préparation du lit de semence a donc une importance capitale : le travail de la terre et l’ouverture du sol engendre souvent un assèchement des premiers centimètres de l’horizon de surface. C’est pourquoi, il convient de grouper un maximum les derniers passages de travail du sol dans la parcelle autour du semis. Cela permettra de minimiser l’évaporation et garder la fraîcheur du sol pour la graine.

L’enjeu d’une bonne implantation de la culture se situe dans le choix du travail du sol. Le but est de ne réaliser que les interventions nécessaires de manière à optimiser les passages et à limiter l’évaporation et l’assèchement de votre parcelle. Il est nécessaire de connaître sa parcelle ou de réaliser le test bêche quelques mois avant le semis. L’objectif de ce test est de déterminer la structure de votre sol pour choisir le type de travail du sol adéquat. Terres Inovia a édité un diagnostic guidant le test bêche pour vous aider à prendre vos décisions.

tab_etat_interne_motteType de travaux à effectuer en fonction de la structure du sol (Source: Terres Inovia)

Ce test vous permettra de choisir vos outils, leurs successions et la date des interventions. Le plus souvent, les premiers passages sont plus profonds, ils permettent d’enfouir les résidus de culture et les phytotoxicités. Enfin, les derniers passages sont plus superficiels, ils affinent le lit de semence. Attention, plus vous effectuerez d’interventions dans votre parcelle, plus vous assécherez cette dernière. C’est pour cela qu’il est préférable d’avoir un sol bien rappuyé lors du semis pour augmenter la surface de contact entre le sol et la graine mais aussi de maintenir la fraîcheur du sol.

Malgré tout, il est très probable que votre semis soit réalisé dans le sec, c’est pourquoi il ne faut pas tarder pour semer le colza. Plus il sera semé tôt, plus vous aurez de chance de bénéficier des potentielles pluies d’août. Ainsi, vous ne prenez pas de retard dans la levée de votre culture.

On dit que pour qu’un colza soit bon, 
il faut qu’il soit levé avant la fin du mois d’août.

Il est recommandé de contrôler régulièrement la levée de votre colza vers la fin du mois d’août et le mois de septembre. Pour cela vous devrez vous rendre dans votre parcelle mais vous pouvez aussi utiliser l’application Spotifarm - le tour de plaine qui permet de quantifier le taux de couverture de vos parcelles. Vous pouvez aller vérifier avec Spotifarm, grâce à notre historique de photos, que vos colzas soient bien levés fin Août.

Voir l'état de mes colzas

Quand semer le colza d'hiver ?

Déterminer la date de semis du colza est un enjeu important chez de nombreux agriculteurs. La date de semis doit être coordonnée le plus possible avec la météo : que le semis soit réalisé dans le sec ou dans un peu de fraîcheur, la graine a besoin d’eau. Mais, lorsque l’on n’est pas sûr de la météo, il est préférable de semer dans le sec : lorsque la graine n’est pas en contact avec de l’humidité, elle ne germe pas et reste dans son cycle de conservation, ainsi elle ne s’épuise pas. Lorsque la graine est semée dans un sol frais, elle commence à germer mais la disponibilité en eau étant très faible, la jeune pousse se dessèche si la pluie ne vient pas rapidement, ce qui peut être encore plus grave. L’idéal est donc de semer quelques jours avant une pluie de 7-10mm.

En fonction de la région dans laquelle vous vous trouvez, les plages de semis peuvent être différentes. Des cartes ont été éditées par Terres Inovia et permettent de déterminer la date du semis selon votre emplacement géographique et le type de sol de votre parcelle.

cartes-plages-semis-colza2019 Carte des périodes de semis pour savoir quand planter le colza (Source: Terres Inovia)

Pour assurer un semis dans des conditions optimales, il est recommandé de choisir stratégiquement la culture précédent votre colza. Cette culture doit, dans l’idéal, être récoltée le plus tôt possible et laisser une quantité de résidus faible. Enfin, une culture apportant de l’azote directement exploitable par le colza est un avantage majeur dans la croissance du colza.

Quel semoir pour le colza?

Plusieurs semoirs sont disponibles pour le semis de colza : le semoir à céréale et le semoir monograine. Cependant, le semoir monograine est plus précis pour le semis, il permet donc de faire des économies sur la semence. En sol moyen à profond, l'écartement d'inter rang n'a aucun impact sur le rendement, et c'est d'autant plus vrai avec de la semence hybride. C'est pourquoi, il vaut mieux privilégier ce type de semence à la "semence de ferme" pour leur productivité et les garanties qu’elles procurent.

La densité de votre semis dépendra du type de semoir: un colza se sème entre 30 et 60 graines/m² ce qui correspond à une dose de 1,2 à 3 Kg/ha. L'objectif de peuplement se situe en fait entre 20 et 35 plante/m² et se raisonne en fonction des pertes à la levée.

fiches_Doses_de_semis_conseilleesDoses de semis conseillées (graines/m² ou kg/ha) en situation de pertes à la levée (Source: Terres Inovia)

Avant de semer, une préparation de votre machine est indispensable pour assurer un semis précis. Dans le cas des semoirs pneumatique, il est nécessaire de régler la rotation de la turbine: il faut avoir un flux d'air régulier et homogène. Dans le cas où la turbine tournerait trop vite, vous risquez une surpression, les graines seront donc mal positionnées, elles rebondiront et elles risqueront de se poser en dehors du sillon. Dans le cas contraire, la densité de semis ne sera pas garantie. Attention aussi à bien régler le recouvrement de la graine grâce à la roue plombeuse.

Enfin, le strip-till a plusieurs atouts en colza. Combinant un semoir monograine et un outil de travail du sol, cette technique alternative au semis permet de ramener de la fraîcheur sur le rang et de limiter les conséquences de conditions sèches. Le strip-till permet aussi de limiter la levée des dicotylédones puisqu'on ne travaille que la ligne de semis, sans perturber l'inter rang. Attention toutefois, cette technique est moins bien adaptée à des conditions humides et demande une bonne surveillance du risque de limaces, dont les attaques sur les plantules de colza peuvent être plus nombreuses car le sol a été moins travaillé.

Colza associé : de multiples bénéfices

Dans le cadre de l'agriculture de conservation ou même conventionnelle, il est possible de semer son colza en association avec un couvert. Le couvert le plus utilisés est la féverole. En effet, le choix du couvert doit être bien réfléchi: l'idéal est d'associer le colza à une légumineuse pour ses capacités à capter l'azote. Un couvert qui ne concurrence pas le colza, qui résiste aux herbicides de pré-levée ou précoces, et qui est gélif (afin qu'il se détruise tout seul l'hiver) sera à privilégier. Les avantages sont nombreux comme la couverture du sol ou la perturbation des ravageurs du colza. Les effets sur les insectes sont direct pour une biomasse des couverts supérieure à 200g/m² en entrée de l’hiver pour un effet dilution efficace.

Un gain de 3 qx en moyenne pour du colza associé à une féverolle par rapport à un colza seul

Au printemps, la féverole améliorera l'indice foliaire du colza et la sénescence des feuilles sera retardée: un gain de rendement de 3 qx en moyenne.

Le colza peut aussi être associé à une luzerne ou une autre légumineuse pérenne comme le trèfle. Mais le désherbage sera plus compliqué car les adventices ne seront pas étouffées.



Engrais starter : lutter contre les ravageurs du colza

Utilisé en localisé ou en plein selon l'équipement dont vous disposez, l'apport d'un engrais starter va permettre au colza d'atteindre une biomasse entrée hiver maximale. Le colza renforcé par l'engrais starter sera alors moins sensible aux insectes ravageurs d’automne comme le charançon du bourgeon terminal et les larves de grosses altises.

Les engrais starter sont constitués de phosphore protégé, élément dont le colza est très exigeant. Certains engrais starters peuvent également contenir de l'azote ou du soufre dans leur composition. Attention, ces derniers sont soumis aux règles qui s'appliquent dans le cadre de la Directive Nitrate. L'apport localisé de P ou N au semis permet au colza de s'implanter de façon optimale. Ce gain de biomasse est particulièrement recherché en cas de conditions difficiles et sèches. Les gains d'azote captés peuvent être significatifs (jusqu'à 30 unités), notamment si les apports se font en localisé. Si vous ne disposez pas d'un semoir mono-graine, vous pouvez utiliser un semoir à multi-caisse ou une trémie frontale pour localiser l'engrais durant un semis classique. L'engrais starter peut aussi être apporté en plein sur colza. Mais les économies potentielles d'éléments fertilisants seront moins importantes

Pour en savoir plus...

Surveiller la levée de mes colzas

Rémi de Spotifarm 🛰️

Tag:ColzaTechniques culturales

Commentaires