Se connecter
S'inscrire
Menu
Se connecter
S'inscrire

Label bas carbone : quels revenus pour les agriculteurs ?

par Alexandre de Spotifarm, le 16 août 2021 08:47:00
Temps de lecture estimé : 8 min.

Le projet européen du « Green Deal », présenté par l’Union Européenne en 2019, impose aux pays membres une neutralité carbone (autant de CO2 émis que de carbone stocké) dès 2050. Cette neutralité est demandée aux secteurs agricoles et forestiers dès 2035. Mais entre les différentes méthodes d'organisation, l'émergence de startups de l'agtech sur ce marché ou encore le déploiement de nouvelles filières, pas facile pour l'agriculteur de s'y retrouver. Cet article est là pour vous aider à y voir clair, notamment sur les contraintes et les revenus éventuels d'une telle démarche sur votre exploitation.

label-bas-carbone-CO2-agriculture-reduction-gaz-effet-serre-GES-emissions-calcul-methode-tonne

 

Sommaire : 

Quelle est la part de l’agriculture dans les émissions de gaz à effet de serre ? 

Les émissions de GES issues de l'agriculture sont de 19% en  France, réparties de la manière suivante : 

  • Elevage (48%) 
  • Cultures (41%)
  • Tracteurs et engins agricoles (11%) 
stockage-carbone-agriculture-elevage-C02-sol-GES-gaz-effet-serre

Stockage et consommation de carbone en agriculture (source : CNIEL)


Si d'après le Haut Conseil pour le Climat, entre 1990 et 2020, le secteur agricole a diminué ses émissions de GES de 8%, l’Etat Français s’est emparé du dossier dans le cadre du Green Deal et a lancé fin 2019 le Label Bas Carbone via le Ministère de l’Ecologie.

En parallèle, dans le cadre du plan France Relance, d’avril 2021, le Ministère de l’Agriculture a débloqué 10 Millions d’Euros pour que les Jeunes Agriculteurs puissent réaliser un diagnostic carbone de leur exploitation.

Enfin, depuis 2019, les industriels des filières du Biodiesel ont lancé la certification « Cultures Bas Gaz à Effet de Serre (Bas GES) ». 

Qu’est-ce que le label bas Carbone ? 

Le label Bas Carbone est le premier outil de certification climatique en France.

Son objectif est de mettre en relation des financeurs (entreprises considérées comme polluantes ayant besoin d’acheter des crédits carbone), et des acteurs locaux voulant réduire leurs émissions de Gaz à Effet de Serre par l’évolution de leurs pratiques.label-bas-carbone-agriculture-ministere-ecologieIl se base sur des méthodes certifiées qui permettent de labelliser un projet et d’estimer les crédits carbones créés. 

Comment fonctionne le crédit carbone ? 

Un crédit carbone correspond à une tonne de CO2 atmosphérique émise en moins ou stockée en plus dans le sol.

Pour le calculer, le porteur de projets réalise un diagnostic carbone, puis évalue les réductions des émissions possibles au bout de 5 ans, selon l’évolution de ses pratiques qu’il souhaite mettre en place. Le projet est ensuite labellisé, avec l’estimation des crédits carbone qui seront créés sur 5 ans. 

La compensation carbone est donc basée sur la différence d’émissions de GES entre l’audit final au bout des 5 ans, réalisé par un organisme indépendant, et le diagnostic de départ. Cette différence sera d’autant plus importante si les pratiques évoluent drastiquement. 
compensation-emission-co2-carbone

Quelle méthode de labellisation choisir ? 

Il existe aujourd’hui 6 méthodes certifiées par le ministère de l’écologie pour le label Bas carbone : 3 pour le secteur forestier et 3 pour le milieu agricole. 

Les 3 méthodes forestières sont les suivantes : 

  • Boisement : plantation d’une forêt sur un terrain qui n’en était pas une sur les 10 dernières années 
  • Reconstitution de forêts dégradées par des aléas climatiques 
  • Balivage (passage de taillis à futaie) 

Les 3 méthodes agricoles certifiées ont été portées par des interprofessions : 

  • La méthode Carbon Agri, qui concerne les exploitations en polyculture-élevage bovin, portée par l’IDELE 
  • La méthode replantation de haies, portée par les Chambres d’Agriculture des Pays-de-la-Loire et de Bretagne.  
  • La méthode plantations de vergers, portée par la Compagnie des Amandes, avec le soutien d’Agrosolutions. 

crédit carbone (1)De nombreuses méthodes sont en cours de certification par le ministère de l’écologie. Parmi elles, on peut citer la méthode Grandes Cultures, portée notamment par Arvalis, Terre Innovia et l’ITB, dont la validation est prévue à l’été 2021.

D’autres vont arriver en viticulture, en élevage de porc ou autour de la méthanisation.  Les agriculteurs doivent donc choisir la méthode qui correspond le mieux à leur exploitation.  

Qui accompagne les agriculteurs dans la démarche bas carbone ? 

Selon la méthode qui l’intéresse, l’agriculteur peut être accompagné par différents acteurs : 

  • Pour l’élevage, il doit principalement se rapprocher de France Carbone Agri Association (FCAA), qui a été fondée par l’IDELE et la FNPL et a porté les 2 premiers projets labellisé dans la méthode Carbon Agri.
  • Pour les grandes cultures, certaines coopératives agricoles sont en train de monter des projets avec leurs adhérents. Cela permettra aux agriculteurs intéressés d’être accompagnés techniquement dans l’évolution de leurs pratiques. 

D’autres acteurs spécialisés dans la compensation carbone peuvent aussi aider les agriculteurs à la labellisation Bas Carbone. Les agriculteurs peuvent rapprocher de startups comme Rize, qui recherchent des agriculteurs pour monter des projets de labellisation bas carbone, en leur proposant tout l’accompagnement administratif (création de dossier, recherche de financements…). 

En attendant la méthode approuvée en « grandes cultures », qui devrait être bientôt certifiée, les agriculteurs peuvent être accompagnés par une startup comme SoilCapital, qui n’utilise pas les mêmes méthodes de calculs que le Label Bas Carbone, mais qui arrive déjà à valoriser les crédits Carbone créés par les agriculteurs grâce à des partenariats avec des entreprises internationales comme Cargill, Danone ou Kellogg's par exemple. 

Comment réaliser un diagnostic carbone de ma ferme ? 

calcul-credit-carbone-CO2-label-diagnostic-bas

Pour réaliser le diagnostic carbone de son exploitation, un agriculteur doit se rapprocher du porteur de projet qui lui fournira les outils informatiques nécessaires au calcul. On peut citer l’outil Cap2’er développé par la FCAA ou les outils EGES et GESTIM adaptés à la méthode grandes cultures.

Ce diagnostic s’appuiera sur les pratiques actuelles de l’exploitation, en se basant notamment sur les informations de traçabilité contenues dans son outil de gestion de parcelles. 

Comment générer des crédits Carbone sur mon exploitation ? 

La génération de crédits carbone passe principalement par l’amélioration des pratiques agricoles. Il faut donc que les agriculteurs réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre ou compensent leur émission de dioxyde en créant des puits de carbone (couverts, prairies… ) 

En grandes cultures 🌾

Pour créer le plus de crédits carbone en grandes cultures, l’agriculteur peut utiliser plusieurs leviers : 

Emettre moins de Gaz à Effet de Serre : 

Stocker plus de carbone dans le sol : 

Le passage en agriculture biologique peut aussi permettre de créer plus de Crédits carbone. 

Nouveau call-to-action

En polyculture-élevage bovin 🐮

Pour générer des crédits Carbone, un éleveur a plusieurs leviers techniques pour : 

Réduire ses émissions de GES  : 

  • Mieux alimenter son troupeau 
  • Optimisation des intrants
  • Meilleure gestion des déjections animales

Augmenter le stockage du carbone dans le sol : 

  • Implantation de prairies temporaires et de couverts végétaux 
  • Plantation de haies et de bandes enherbées  

J’ai déjà des pratiques vertueuses 👼

Pour tous les agriculteurs ayant amélioré leurs pratiques depuis plusieurs années qui auront plus de mal à créer des Crédits carbone, la méthode « grandes cultures » leur permettra de se baser sur un référentiel régional, et de bénéficier des crédits Carbone si le diagnostic de l’exploitation démontre que leurs émissions de GES et leur stockage de carbone sont bien en dessous de la moyenne régionale.  

Cela permettra aux agriculteurs ayant arrêté le labour, développé les cultures associées ou privilégié le semis direct depuis des années d’être récompensés pour leurs efforts.  

C02 : Quel revenu supplémentaire pour l’agriculteur ? 

A qui vendre mes crédits Carbone ? 

Les financeurs sont des entreprises devant compenser leurs émissions de GES, afin de soutenir la neutralité carbone imposée aux Etats signataires du protocole de Kyoto. Pour ce qui est du financement des projets, il y a 2 options:

  • Soit le porteur du projet trouve un financeur dès le lancement du projet
  • soit il le trouve une fois que le projet est labellisé.

Si une entreprise souhaite soutenir un projet, elle dispose du nombre de Crédits Carbone qu’elle pourra récupérer en théorie au bout des 5 ans. Elle peut donc en financer une partie pour commencer à communiquer sur le sujet, mais elle ne bénéficiera des crédits qu’au terme de l’audit final du projet, au bout des 5 ans.

L’entreprise qui finance doit être trouvée avant cet audit final, afin que les Crédits lui soient accordés dès la fin du projet.  

Combien vaut une tonne de carbone ? 

Au niveau international, une tonne de carbone se négocie autour de 10€. En France, on parle de 40€ la tonne en moyenne

On estime qu’un agriculteur qui améliorera ses pratiques en suivant la méthode grandes cultures pourra récupérer 1 tonne de carbone par hectare en 5 ans, ce qui lui engendrerai un revenu direct moyen de 8€/ha/an pendant 5 ans, soit 800€/an pour une ferme de 100ha. 

En élevage, la FCAA a estimé que les éleveurs participant aux premiers projets labellisés pourront récupérer entre 25 à 60 tonnes de Carbone par an, soit un revenu compris entre 1000 et 2500€ par an pour l'éleveur.


Existe-t-il
 des subventions pour le label bas carbone ? 

S’il n’existe aucune subvention directe pour aider les agriculteurs dans leurs projets de labellisation, certains peuvent s’appuyer sur le "bon diagnostic carbone"

Le bon diagnostic Carbone a été mis en place en avril 2021 dans le cadre du plan France Relance. Le ministère de l’agriculture a débloqué 10 Millions d’euros pour aider les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans à se lancer sur les sujets du Carbone.

En effet, ces « bons diagnostics Carbone » financent 90% du diagnostic Carbone d’une exploitation, l’agriculteur ne devant payer plus que 200€ pour ce diagnostic, qui peut être utilisé comme diagnostic de départ dans la méthodologie du Label Bas Carbone.  

Pour avoir accès à ce diagnostic, les agriculteurs doivent se rapprocher des structures agréées pour réaliser ces diagnostics. La liste est disponible ici

On retrouve dans cette liste de nombreux acteurs du monde agricole, comme des coopératives, des CERFRANCE ou des chambres d’agriculture. 

Quelles sont les contraintes du label bas carbone en agriculture ? 

Pour générer des crédits carbone, un agriculteur doit donc faire évoluer ses pratiques. Une évolution des pratiques peut engendrer une perte de revenus due à : 

  • Une baisse de rendements
  • Un surcoût des semences de couverts végétaux
  • Le changement du parc matériel nécessaire à ces nouvelles pratiques

En parallèle, l’agriculteur peut aussi réduire ses charges grâce notamment à : 

Il faut donc que l’agriculteur prenne ces paramètres en compte lorsqu’il souhaite se lancer dans la démarche du label bas carbone, pour ne pas que cette démarche ne lui coûte plus d’argent qu’elle ne lui en apporte.  

Pour en savoir plus : 

 

Alexandre de Spotifarm 🛰️

Tag:Techniques culturales

Commentaires