Se connecter
S'inscrire
Menu
Se connecter
S'inscrire

Gel printanier : quels dégâts sur les cultures ?

par Alexandre de Spotifarm, le 6 avr. 2022 11:57:02
Temps de lecture estimé : 4 min.

Les épisodes de gel printaniers ne sont pas rares. Ce qui l’est plus en revanche, ce sont les périodes de fortes chaleurs de février et mars qui précèdent ces vagues de froid. Ces fluctuations de températures dues au réchauffement climatique constituent un risque non négligeable pour les cultures, qu’il convient d’observer avec attention durant les prochains tours de plaine.

gel-colza-printemps-tardif-degat

Quel est l’impact de la température sur la plante ?

En dessous d’une certaine température, les cultures subissent des dégâts irréversibles pouvant entraîner jusqu’à la mort de la plante.

Dans une parcelle de blé, les symptômes d’un gel de printemps sont visibles sur feuilles. Ce sont les mêmes que ceux du gel hivernal : les feuilles prennent une teinte sombre, vert-foncé à rougeâtre.

Les images satellites de Spotifarm🛰 peuvent vous aider à identifier facilement ces changements sur vos parcelles après du gel.
Surveiller mes parcellesImage

Sur colza, on observe une courbure de la hampe principale (voir image ci-dessous de l'épisode de gel du mois d avril 2022) Il pourrait y avoir des avortements de fleurs dans les jours à venir pour les parcelles les plus en avance.


Sur betteraves, le gel printaniers empêchera la germination des graines fraîchement semées. Voire un noircissement et un flétrissement complet de la plantule. Il faudra alors ressemer tout ou partie de la parcelle.

 

A partir de quelle température minimale les cultures sont-elles sensibles ?

La température minimale également appelée température critique varie en fonction de nombreux facteurs :

  • La culture et la variété implantée
  • Le stade végétatif de la plante et sa vigueur
  • La situation de la parcelle, l’état du sol, la nature de la couverture végétale
  • La durée et l’intensité de l’épisode de gel
  • Les conditions climatiques pendant le gel (vent, givre )
  • Les conditions de dégel

HubSpot Video

Si une plante en bonne santé résiste généralement mieux au gel, les dégâts varient selon le stade de la culture.

Par exemple, selon les études menées par Arvalis, plus une parcelle de blé sera à un stade avancé, plus le risque gel sera grand. Les épisodes de gel intervenant en pleine saison de croissance de la plante peuvent donc être dévastateurs.

gel-froid-degat-ble-tendre-arvalis-sensibilite-impact

Niveau indicatif de résistance au froid d'une culture de blé tendre d'hiver
(suite aux observations collectées au cours de l'épisode de gel en avril 2021).
(©Arvalis-Institut du végétal) 

Comment limiter l’impact du gel en amont ?

Le changement climatique entraîne des fluctuations de températures de plus en plus fortes. La mise en œuvre de différentes pratiques peut néanmoins permettre aux agriculteurs de limiter les dégâts :

Comme évoqué précédemment, les dégâts de gel varient selon la maturité de la culture. La première mesure à prendre pour se prémunir d’un épisode de gel printanier est donc d’adapter sa date de semis et son choix variétal aux risques de gel locaux.

Un apport foliaire d’éléments nutritifs prévision d’un épisode de gel permet une meilleure résistance à de fortes gelées. Plus les tissus de la plante sont concentrés en éléments minéraux (potassium, chlore, sodium, magnesium, chlore, manganese, bore, zinc, cuivre, fer…), moins ils contiennent d’eau, et donc mieux la plante résistera à des températures basses.

Il vaut mieux en revanche éviter les apports d’engrais azotés avant un épisode de gel. La culture aura tendance à absorber plus d’eau pour assimiler les nitrates.

De même, l’application de produits phytosanitaires est à proscrire car elle augmentera le risque de dégâts. La culture devant là aussi absorber plus d’eau qu’à l’accoutumée pour se détoxifier.

Que faire après un épisode de gel tardif ?

Pour les parcelles en cours de levée, comme pour le lin ou les betteraves sucrières, il est primordial de vérifier que la culture démarre bien malgré la période de gel.

Vous pouvez utiliser Spotifarm et l'imagerie satellite pour suivre la dynamique de levée de vos cultures de manière plus exhaustive.
Suivre la levée des cultures de printemps

 
Pour le reste, il faudra bien observer vos parcelles en tour de plaine après le gel. Sur colza par exemple, vérifier que les plantes se redressent.

Il faudra également adapter son programme fongicide sur les parcelles touchées par le gel. Le couvert végétal couché étant plus propices aux développements de champignons et maladies dès la remontée des températures.

Pour revigorer les cultures qui ont subi un stress, l’application d’un bio-stimulant à base d’acides aminés pourra stimuler la plante et favoriser un meilleur redémarrage.

Pour en savoir plus :

  • Période de froid : quelles conséquences pour les céréales ? par Arvalis Institut du végétal
  • Gelées tardives - Quels sont les axes de travail pour limiter les dégâts ? (Agroleague)
  • La fiche accident gel de printemps sur céréales à paille d'Arvalis
  • Retour du froid – quel risque pour les cultures ? sur TerreNet
  • Betteraves impactées par le gel - sur TerreNet
Alexandre de Spotifarm 🛰️
Tag:BleBetteraveDegatsColza

Commentaires