Se connecter
S'inscrire
Menu
Se connecter
S'inscrire

Pourquoi intégrer des couverts végétaux dans sa rotation?

par Alexandre de Spotifarm, le 10 juil. 2020 07:45:00

Les couvert végétaux (aussi appelés CIPAN, engrais vert, couvert, dérobée, CIVE) sont de plus en plus utilisés dans les exploitations françaises et leurs mises en place est encouragée. En effet, la place de l’interculture et des SIE (surfaces d'intérêts écologique) dans les conditions de la PAC devient plus importante, notamment pour le paiement en vert. Les avantages et intérêts de ce type de pratique sont nombreux tant au niveau agronomique, pédologique, environnemental et économique.

couvert vegetal moutardeMoutarde jaune : un couvert végétal fréquent en intercultures

SOMMAIRE

Les différents couverts végétaux

Les couverts végétaux sont des cultures secondaires semées entre deux cultures principales. Très présentes en agriculture de conservation, ces cultures intermédiaires servent à occuper l'inter culture dans un objectif précis :

  1. Les CIPAN (Culture Intermédiaire Piège à Nitrate) ou engrais verts présentent un intérêt agronomique
  2. Les CIVE ou  Culture Intermédiaires à Valorisation Energétique ont pour objectif de produire de la biomasse pour alimenter une unité de méthanisation ou une bio-raffinerie
  3. Les cultures dérobées dont l’objectif est de produire du fourrage pour l’alimentation animale
  4. Les couverts faunistiques et floristiques (ou couverts à gibiers ou jachère faune sauvage) sont eux destinés à favoriser la biodiversité et entrent dans le cadre des mesures agro-environnementales (MAE)

Pourquoi implanter un couvert végétal en inter culture ?

L'implantation d'un couvert végétal sur sa parcelles présente de nombreux intérêts agronomiques , pédologiques et environnementaux :

  • Fertiliser les cultures suivantes (N ou S restitué à la culture)
  • Diminution de la prolifération des adventices
  • Augmentation de la matière organique du sol et maintien du complexe argilo-humique
  • Amélioration de la structuration du sol
  • Limitation de la battance, de l’érosion et de la lixiviation
  • Limitation l’acidification
  • Maintien de la colonne de capillarité du sol
  • Augmentation de l’activité bactérienne du sol

Tous les types de cultures intermédiaires implantés ont des bénéfices, que ce soit sur une période courte ou en intercultures longues.

couvert vegetal moutarde phacelie

Les avantages d'un couvert sur le plan agronomique

Au niveau agronomique, une culture dérobée peut avoir un effet fertilisant pour les cultures suivantes. Certaines espèces de plantes sont utilisées comme culture intermédiaire piège à nitrate (CIPAN). Une fois détruites, elles restituent l’azote qu’elles ont prélevé dans l’air et le sol . L'azote alors présent dans le sol sera valorisé par la culture suivante.

De plus, lors de la destruction d’un engrais vert, la matière organique composant ce dernier est rendu au sol, ce qui permet de maintenir une certaine structure au sol et un taux de matière organique intéressant.

L’implantation d’un couvert va aussi avoir un impact sur les adventices potentiellement présentes sur la parcelle. En effet, la présence d’un couvert étouffe les mauvaises herbes à la levée et va favoriser la diminution du stock semenciers en adventices.

La mise en place d'engrais verts est souvent liée à une diminution voire à l'arrêt du labour. La structure du sol est préservée en cas de non labour : les graines enfouies à plusieurs centimètres de la surface du sol n’ont pas la capacité de germer et de salir la parcelle.

Durant l’hiver, la présence d’un CIPAN permet aussi de protéger les sols des intempéries. Le fait de couvrir son sol limite l’érosion, diminue le phénomène de battance et limite le lessivage et la lixiviation des nutriments vers les horizons profonds de votre sol.

Quel couvert végétal choisir ?

Pour choisir le couvert végétal adapté à son besoin, il faut tenir compte de :

  • la rotation
  • la culture suivante
  • la date de semis
  • la valorisation ou non en fourrages
  • le coût des semences

On favorise généralement les légumineuses et on privilégie souvent un mélange de variétés de plantes à système racinaire fasciculées et des systèmes racinaires pivotants.

Le mélange permet de combiner les avantages de chaque espèce.

Certaines espèces et variétés de couverts se mélangent très bien. Après un blé  vous pouvez par exemple choisir un mélange composé par exemple de moutarde radis, trèfles, pois, vesce et avoine. Pour du fourrage, privilégiez une combinaison ray-gras hybride et trèfle violet

La semence achetée chez un semencier peut être coûteuse, mais la production de semence de ferme est possible pour réduire ces coûts.

 

Choisir l'itinéraire technique de ses couverts végétaux

L'itinéraire technique des couverts végétaux est simple et peu contraignant ; une intervention de semis et une opération de destruction du couvert. Toute autre intervention est interdite par la réglementation. Mais si les contraintes d’implantation d’un couvert végétal ne sont pas très nombreuses il ne faut pas les négliger pour réussir son couvert.

Comment semer un couvert végétal ?

Pour semer un couvert végétal, vous pouvez utiliser un semoir classique après un déchaumage, ou pratiquer le semis direct, ou bien encore semer à la volée.
Il est possible d'adapter son déchaumeur en investissant dans une trémie frontale pneumatique.
Certains agriculteurs sèment également leurs couverts avant moisson, voire embarque un système de semis de couverts sur la coupe de la moissonneuse-batteuse ou à l'arrière de la machine.

Comment détruire les couverts végétaux ?

La destruction du couvert végétal peut se faire de différentes manières en entrée ou sortie d'hiver :

  • le glyphosate
  • le broyage
  • le déchaumage
  • le roulage
  • le passage du rotavator
  • destruction par le gel
  • pâturage par des animaux

L'enjeu pour cette intervention est dedestruction couvert moutarde intercultures
déterminer la bonne date de destruction du couvert végétal. Jetez un oeil à notre article sur le sujet pour en savoir plus

Évidemment, si vous pratiquez le semis direct sous couvert vous n'avez pas besoin de détruire la culture.

Pour contrôler l'état de votre couvert et anticiper la destruction, des OADs sont disponibles comme l'outil Spotifarm - le tour de plaine qui vous donne le taux de couverture de votre champ grâce à un indice de végétation.

Surveiller mes couverts

Cultures intermédiaires : combien ça coûte ?

Le coût de mise en place d’un couvert végétal peut varier de 75 à 280 €/ha (source Chambres d'Agriculture). Le coût d'un couvert végétal se calcule comme suit :

  • Semences du couvert :  de 15 €/ha (avoine, tournesol, moutarde) à 60 - 80 €/ha pour les mélanges,
  • Préparation et semis de la culture : de 30 à 130 €/ha selon l'itinéraire cultural,
  • Destruction du couvert : 10 €/ha (chimique), 20 €/ha (déchaumage), 55 €/ha (labour),
  • Destruction des repousses : 25 à 90 €/ha
  • Coût total moyen estimé d'un couvert : 140 €/ha

L'augmentation des charges à l'hectare est compensée par la réduction des charges de fertilisation azotée pour la culture suivante : -5 à -50 kg N/ha peuvent être économisés, avec une moyenne estimée de 20 unités d'azote par hectare. D'autres travaux comme le désherbage ou le labour peuvent aussi être économisés :

  • Gain sur le labour : 55€/ha
  • Économies d’azote : 5 à 50 €/ha
  • Gain sur le désherbage 10€/ha

La réglementation concernant les couverts végétaux

  • Cas des intercultures courtes

L'implantation d'une couverture des sols dans le cas d'une interculture courte n'est pas obligatoire hormis après le colza derrière lequel la présence d'un couvert est obligatoire pendant 1 mois minimum et sera obligatoirement détruit mécaniquement. Ce couvert peut être constitué simplement des repousses de colza.

  • Cas des intercultures longues

La couverture des sols en intercultures longues est obligatoire en général et doit être présente au minimum deux mois. La destruction du couvert ne doit pas avoir lieu avant le 1er Novembre. De plus, cette destruction ne sera pas chimique.

Dans le cadre de la politique de verdissement de la PAC 2015-2020, il est possible de déclarer ces surface de couvert végétal d'intercultures en SIE (Surfaces d'intérêts écologiques) mais certaines conditions sont à respecter comme les espèces semées, les date de semis, la destruction ...

Pensez à vérifiez les conditions relatives aux couverts dans votre région. Les chambres d'agriculture publient régulièrement un guide de gestion de l'interculture comme c'est le cas par exemple pour la chambre d'agriculture des Hauts-de-France.

Alors faut-il arrêter le labour ?

Les couverts végétaux sont une alternative intéressante aux labours qui sont très contraignants :

  • le débit de chantier est très lent,
  • l’usure des machines est significative,
  • le labour déstructure le sol,
  • ce type de travail du sol entraîne la rupture de la colonne de capillarité.

L'implantation de couverts végétaux en interculture s'inscrit dans le développement de nouvelles pratiques agronomiques favorisant la conservation et la protection des sols comme l'agriculture de conservation des sols (ACS) ou encore les techniques culturales simplifiées (TCS). Et ils peuvent être avantageux économiquement comme vus un peu plus haut. De nombreux agriculteurs se convertissent ainsi au semis direct sous couvert (SCDV).
Toutefois, le labour demeure autorisé pour la destruction des couverts ...

Conclusion

L’implantation d’un couvert végétal est une pratique qui revient de plus en plus à la mode pour ces avantages agronomiques, pédologique, écologiques mais aussi économiques. Lorsqu’un couvert végétal est présent sur une parcelle, il peut avoir un impact très positif sur la culture suivante s’il est bien choisi et bien implanté. En effet, l’implantation d’un couvert doit être raisonnée avec la rotation, les précédents culturaux, le type de sol, les cultures suivantes, la localisation géographique, le type d’agriculture pratiqué, les machines utilisées…

Pour en savoir plus...

Rémi de Spotifarm  🛰️

Topics:SemisTechniques culturalessol

Commentaires